6 façons d’exploiter les saisons quand on écrit un roman – L’hiver

Dans deux articles précédents, j’ai présenté des éléments de langage pour créer une atmosphère estivale et une atmosphère automnale.

Quand je lis un roman, ce que j’aime par-dessus tout, c’est oublier mon quotiden, comme si une bulle me coupait de ma réalité pour quelques heures.

Pourtant, en tant que bêta-lectrice, il m’arrive de lire des chapitres entiers dans lesquels l’auteur a tellement voulu faire avancer l’intrigue et/ou faire évoluer ses personnages, qu’il en a oublié d’ancrer ses scènes dans une atmosphère bien construite capable de créer cet “effet-bulle”.

Si votre roman ou votre nouvelle appartient au genre réaliste, savez-vous la date exacte à laquelle se passe la scène que vous écrivez ?

C’est essentiel, car une façon simple et efficace de créer une atmosphère qui captivera votre lecteur est de penser à la saison dans laquelle votre scène se passe et d’exploiter tous les éléments, activités et sensations offerts par celle-ci.

Êtes-vous capable de faire frissonner votre lecteur même s’il lit votre roman en plein coeur de l’été ?

Cet article vous offre des éléments de langage pour créer une atmosphère hivernale. J’espère que ces mots vous inspireront pour créer des scènes qui donneront envie à vos lecteurs d’enfiler une petite laine !

Créer une atmosphère hivernale

Voici six façons d’utiliser les éléments de langage de l’hiver lors de la rédaction de votre roman ou pendant sa réécriture :

  1. Pour vos descriptions

Il suffit souvent de quelques détails précis pour dessiner à grand trait le contexte de votre scène. L’imagination du lecteur fait le reste.

Entend-on un feu crépiter ? Est-ce que les décorations de Noël ont envahi les rues et les vitrines ? La neige crisse-t-elle sous les pas de vos protagonistes ? C’est sûr, c’est l’hiver !

  1. Pour donner à vos figurants des activités pertinentes

Le voisin dégage-t-il la neige de son allée ? Un enfant est-il en train de faire un bonhomme de neige ? Alors il y a de grandes chance qu’une boule de neige fuse à un moment donné !

  1. Pour donner à vos personnages secondaires des préoccupations cohérentes

Les personnages secondaires doivent avoir une vie propre. Mais leurs intrigues n’auront pas la même profondeur que celles de vos protagonistes principaux. Par exemple, la mère de votre héros, qui n’apparaît que trois fois dans votre roman, peut être obsédée par le menu du repas de Noël.

  1. Pour illustrer symboliquement les émotions de vos personnages

Cette utilisation est la plus dangereuse. Gare aux clichés ! Peut-être que les expressions poussées de joie festive pendant les fêtes font ressortir le cynisme de votre personnage ? Ou au contraire, le froid et la neige renforcent son envie de solitude au coin du feu ?

  1. Pour faire passer le temps

Quoi de mieux que les saisons pour exprimer le temps qui passe ? Si vous voulez éviter les expressions temporelle telles que “quelques mois après”, alors la description des saisons est votre alliée. Quelle est l’évolution de ce bosquet que votre héros voit tous les jours de la fenêtre de sa cuisine ?

  1. Pour faire monter la tension

Le verglas sur la route, le froid mordant et ces chants de Noël qui retentissent au moment où votre héroïne se trouve face à une tragédie sont des détails qui contribuent efficacement à la tension générale de votre scène.

Que ce soit au cours de la rédaction de votre premier jet, ou bien pendant la réécriture, n’hésitez pas à saupoudrer votre manuscrit de ces éléments de langage qui vous permettront d’ancrer votre récit dans le réel et de créer pour votre lecteur cet “effet-bulle”.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *