5 conseils pour les jeunes auteurs qui n‘ont jamais étudié l’écriture

Sur son site d’auteur, Steven B. Williams explore son art et partage son expérience d’auteur et ses conseils.

Cet article intitulé 5 Tips for Beginner Authors Who Have Never Studied Writing m’a plu parce qu’en France, étudier l’écriture n’est pas la norme, même quand on veut devenir écrivain. Les Masters d’écriture de fiction sont encore rares, à l’inverse des universités anglo-saxonnes qui en proposent plus volontiers. Alors ces conseils pour travailler son écriture en toute autonomie m’ont plu !

Merci à Steven d’avoir autorisé cette traduction !

« Avez-vous étudié l’écriture à l’université ? »

C’est une question qu’on me pose souvent. On me l’a demandé l’autre jour à la lecture du script de ma première pièce. Et la réponse est oui – à peu près pendant 3 mois. Malheureusement, c’est tout ce que j’ai pu supporter avant de rentrer à la maison et de commencer à écrire. Ecrire. Ecrire !

Mais comment quelqu’un comme moi, avec aucune éducation formelle en écriture à part mon bac, peut avoir une carrière de 10 ans en freelance et en écriture créative ? La réponse courte, c’est beaucoup de travail. Mais de manière plus pratique, il y a 5 éléments qui ont formé la base de ma vie passée à écrire – et la bonne nouvelle, c’est que ce sont des choses que vous pouvez commencer à mettre en place dans votre vie, tout de suite et gratuitement.

1. RENDEZ-VOUS SERVICE : ECRIVEZ SOUVENT, LISEZ OBSTINÉMENT

Vous ne pouvez pas être en forme, si vous ne faites pas de sport. C’est triste, mais c’est la vérité.

C’est pareil pour l’écriture. Être un écrivain a plus à voir avec le verbe que le nom. Une écrivaine en est une seulement quand elle écrit. Alors assurez-vous d’en faire le plus possible. Je recommande vraiment les pages du matin comme moyen de purger votre cerveau des idées répugnantes, étranges, bizarres ou hilarantes auxquels il continue de s’accrocher et ensuite de les relire pour trouver des idées quand vous voulez écrire quelque chose d’un peu plus important. Faites-le pendant 5 minutes. Faites-le pendant 50 minutes. L’important n’est pas combien de temps, tant que vous en faites un peu. Et ensuite, quand vous êtes à l’aise, envisagez d’allonger votre pratique.

En plus de ça, lisez tout ce que vous pouvez. Ecoutez des livres audio, regardez la télévision et lisez des scénarios. Faites tout ce que vous pouvez pour vous remplir d’histoires.

2. IMITEZ LES AUTRES ÉCRIVAINS ET JOUEZ AVEC LEURS JOUETS

En art, on s’attend à ce que les artistes « explorent » ou « copient » les styles d’autres artistes pour trouver ce qu’ils veulent faire avec leur propre travail. C’est naturel, sain et surtout, c’est un élément important de sa progression en tant qu’artiste pour acquérir les outils dont on a besoin pour trouver notre esthétique personnelle.

Mais pour les écrivains, ce n’est pas le cas. On ne sait pas trop pourquoi, copier un style ou une structure est regardé d’un mauvais œil. A la place, d’un coup de baguette magique, vous êtes censés savoir exactement comment construire des histoires et des personnages en vous basant sur ce que vous avez appris à l’école. C’est des conneries. Et encore pire, c’est élitiste. Ça présuppose que toute le monde a l’opportunité de fréquenter les meilleures écoles.

Je pourrais continuer à râler sur ce sujet, mais je ne le ferai pas. Au lieu de ça, je vais parler de la partie amusante. Choisissez une histoire en plusieurs tomes ou une série ou un film et écrivez une histoire dessus. Ecrivez comme si vous étiez parmi les écrivains derrière cette histoire. Jouez avec les personnages. Oui, c’est ce qu’on appelle des fanfictions et c’est merveilleux parce que ça permet à des auteurs particulièrement débutants d’apprendre en faisant. Si vous voulez aller plus loin avec cet exercice, et c’est ce que j’ai fait, vous pouvez déconstruire en quoi le texte que vous avez écrit est différent de l’original. Est-ce que j’utilisais un ton qu’ils n’utilisent pas ? Est-ce que mes personnages restaient dans le style de l’histoire originale, et sinon, est-ce que j’ai volontairement enfreint les règles ou est-ce que je l’ai fait sans faire exprès ?

Soyez créatif avec cet exercice et vous pourriez vous retrouver avec de nouvelles idées inattendues et une meilleure maîtrise d’éléments comme la construction d’intrigue, le rythme et le développement de personnages – tout ça sans vraiment faire d’effort.

3. MONTREZ VOTRE TRAVAIL AUX AUTRES

C’était quoi, ça ? Est-ce que c’était le bruit de votre estomac qui se retourne rien qu’à l’idée de donner votre histoire à lire à quelqu’un ? Ouais, j’y suis passé aussi. Je peux affirmer que la raison principale qui m’empêchait d’écrire au début, ce n’était pas un manque de diplôme en écriture créative, c’était la peur d’avoir des retours.

Et soyons clairs, ne demandez pas de retours à vos proches et à vos amis. Au mieux, ils seront trop polis pour vous faire un retour honnête. Au pire, ils vous en feront un et vous allez les détester car ils auront été méchants envers votre chef d’œuvre. Ne vous (ou leur) imposez pas ça. A la place, trouvez quelqu’un sur Internet. Les forums sont super pour ça. Les sites comme Wattpad et d’autres réseaux d’écriture peuvent aussi être utiles. 

Ou peut-être que pour vous, ça veut dire vous inscrire à un cours pour obtenir ces retours. Ou faire ce que j’ai fait et rejoindre un groupe d’écrivains qui font des ateliers ensemble. Trouvez ce qui fonctionne pour vous. Mais assurez-vous de collecter des données qui vous aident à vous améliorer.  

4. SACHEZ QUE QUAND VOUS ETES LE PLUS EN COLÈRE CONTRE VOTRE ECRITURE, VOUS MONTEZ D’UN NIVEAU

Vous avez relu vos pages des jours précédents et vous êtes furieux. Comment avez-vous pu écrire aussi mal?

Je connais.

Et devinez quoi, c’est normal. En fait, c’est sain. Quand vous pouvez repérer ce qui n’est pas à la hauteur, ça veut dire que votre œil critique devient plus acéré, votre capacité à entendre ce qui fonctionne ou pas est enclenchée et augmente. C’est le progrès en action. Alors la prochaine fois que vous avez envie de vous punir vous-même pour ce que vous percevez comme un texte atroce, donnez-vous la permission d’avoir écrit quelque chose qui ne fonctionne plus pour vous – après tout, c’est le signe que vous avez identifié un problème et que vous pouvez ré-orienter votre travail dans la bonne direction.

5. ENFIN, TROUVEZ LE FUN

Quand vous insistez en forçant face à une résistance, vous interrompez le flux de la créativité. La seule façon de retrouver ce flux – et ce n’est pas facile, mais c’est nécessaire – est de trouver l’amusement. Alors la prochaine fois que vous procrastinez sur un texte, essayez de trouver une chose qui le rende de nouveau intéressant. Changez votre lieu de travail, changez l’interface de votre logiciel d’écriture, trouvez une autre musique à écouter (si vous en écoutez) ou n’importe quoi d’autre de ce genre.

Personnellement, ma solution est de jongler entre plusieurs projets. Ça ne marchera pas pour tout le monde, mais pour moi ça veut dire que quand mon intérêt diminue sur un projet, je peux basculer sur le prochain et y trouver de la motivation, et ainsi de suite.

Peu importe la manière dont vous le faites, soyez à l’affut de cette énergie qui vous pousse en avant et écrivez en la gardant en tête. Vous pouvez toujours revenir en arrière et éditer ce que vous avez écrit, mais vous ne pouvez pas retravailler ce qui n’existe pas.

Sur l’auteur

Steven B. Williams est un auteur de roman et de pièce de théâtre et un poète anglais. Son premier roman « Heartsnare » a été publié en 2016 par Lethe Press.

Sur son blog, il partage ses histoires, son art sous différentes formes et son expérience d’auteur.

Allez y jeter un coup d’oeil : http://www.stevenbwilliams.com/category/blog/