Univers narratif d’un roman : quatre fonctions à ne pas négliger

Vous pouvez écouter cet article !

Il y a différents types de romanciers et de romancières. Pour certains, les personnages jaillissent dans leur esprit en premier. Pour d’autres, c’est juste une scène précise, sortie de nulle part, et pour d’autres encore, c’est tout un univers narratif qu’ils perçoivent avant de commencer à travailler leur histoire. Aujourd’hui, je vais explorer, dans cet article, quatre fonctions possibles de l’univers narratif à ne pas négliger.

L’univers narratif du roman est le ou les lieux dans lesquels votre intrigue se passe et dans lesquels vos personnages évoluent. Plus qu’un décor, il peut avoir des fonctions précises qui enrichiront votre roman. Si vous cherchez de l’inspiration, allez jeter un coup d’oeil à mes Vision boards sur Pinterest !

Il n’est pas nécessaire que votre univers narratif ait ces quatre fonctions, mais si vous en voyez une qui pourrait fonctionner dans votre roman, ça vaut le coup de creuser cette piste pour ajouter de l’épaisseur à votre histoire !

1.   L’univers narratif actif dans l’intrigue

L’univers narratif peut faire partie intégrante de votre intrigue. C’est particulièrement le cas dans les polars. Le détective explore l’univers du roman à la recherche d’indices et de preuves. Ce sont des éléments de l’univers narratif dans lequel il évolue qui vont faire avancer son enquête et donc l’intrigue.

Un univers narratif détaillé, avec beaucoup de personnalité, est particulièrement important dans ce type d’histoire. L’enquêteur est amené à découvrir de nouveaux lieux à chaque indice et chaque lieu apporte une pièce à l’édifice global de l’univers du roman. Ces lieux comprennent des objets, des sensations (bruit, odeurs, textures) et impressions et des personnages de type figurants.

La construction de l’univers narratif requiert de la stratégie de la part de l’auteur : on découvre l’univers narratif au fil de l’enquête et les indices doivent apparaître dans le bon ordre et paraître crédibles dans le décor.

👉 Sa fonction est donc de faire avancer l’intrigue.

2. L’univers narratif comme miroir

Un univers narratif n’est pas forcément objectif et extérieur aux personnages. Souvent, il est vu par le prisme des personnages et il est coloré par leurs états d‘âme ou leurs expériences passées. Est-ce qu’il vous est déjà arrivé de trouver le même lieu insupportable ou adorable, en fonction de votre humeur ?

Par exemple, un studio meublé d’étudiant ne sera pas décrit de la même façon par une jeune femme qui n’a vécu que dans un luxueux manoir et par un jeune homme qui était sans domicile jusqu’à présent.

Cela requiert, de la part de l’auteur, une attention particulière aux émotions de ses personnages et à leurs perceptions de leur environnement. Un petit village peut sembler étouffant ou réconfortant, une grande ville excitante ou terrifiante et l’univers narratif dans lequel vous plongerez votre lecteur en sera fortement impacté.

Si cette fonction est très fréquente, elle est très utilisée, en particulier, dans les romans introspectifs, qui attachent beaucoup d’importance au paysage intérieur de leurs personnages.

👉 Sa fonction sera ainsi de révéler votre personnage au lecteur.

3. L’univers narratif comme antagoniste

Dans le cas où votre personnage arrive dans un univers narratif nouveau pour lui, qui contraste avec qui il est, c’est l’univers narratif qui va influencer votre personnage. Votre personnage va affronter des éléments de cet univers narratif et cela va être difficile pour lui et le faire changer.

Un des intérêts de ce type d’histoire est la rencontre entre le personnage et l’univers narratif qui contraste avec lui.

L’attention de l’auteur sera donc orientée vers les différences significatives entre l’univers narratif et ce que le personnage connait. Que ce soit un nouveau milieu professionnel ou un nouveau pays, les différences feront réagir votre personnage.

Là est la différence avec le cas précédent, on ne fait pas que percevoir les émotions et les expériences passées de votre personnage par la manière dont l’univers narratif est décrit, on le voit s’y confronter et changer en conséquence. L’univers narratif est presque un antagoniste dans ce cas.

👉 Sa fonction, dans ce cas, sera donc de faire évoluer votre personnage, de gré ou de force.

4. Un genre en soi : « Le City Novel »

Mon préféré ! J’ai récemment entendu l’expression « City Novel » pour décrire un roman qui se passe dans une ville typique et que cette ville est à la fois presque un personnage du roman, c’est-à-dire qu’elle est très décrite et mise en valeur dans le roman, et qu’elle représente presque un genre de roman. Je dis « presque » deux fois parce que rien de tout ça n’est officiel et pourtant, ça me parle.

Ça veut dire que le lecteur choisit ce roman pour retrouver l’ambiance de la ville, il sait que la ville aura une grande place dans son expérience de lecture. Il a envie de passer quelques heures à Paris, à Londres ou bien à Istanbul par exemple. Et ce travail sur l’univers narratif du roman devient un argument de vente.

Même si cela s’appelle le « City Novel », je pense que c’est applicable à des lieux qui ne sont pas des villes, mais qui offre une immersion pour le lecteur en prenant une grande place dans la narration.

👉 Sa fonction est ici de créer un cocon qui fera voyager le lecteur et dans lequel il se sentira bien.

En conclusion

L’univers narratif d’un roman est loin d’être un décor en carton-pâte, mentionné une ou deux fois dans une scène. Il peut avoir une ou plusieurs fonctions, qui valent la peine d’être explorées, choisies et travaillées pour donner de l’épaisseur et de l’originalité à votre roman.