Mes réflexions (torturées !) sur l’IA dans mon travail

Comme tout le monde, depuis un peu plus d’un an, je m’interroge, je m’amuse et j’utilise l’Intelligence Artificielle dans ma vie quotidienne. Je me demande comment en tirer parti tout en restant fidèle à mes valeurs et ce n’est pas toujours évident !

Mon intention aujourd’hui est de faire un point sur mes réflexions et mes décisions concernant l’utilisation de l’IA dans mon travail, parce que ce nouvel outil va changer le secteur de l’écriture de livres et donc avoir un impact sur ce que je fais. Je veux que vous puissiez prendre vos décisions d’achat de mes services et de mes produits en toute connaissance de cause.

N’hésitez pas à partager vos réflexions personnelles en commentaire, ça m’intéresse !

1. L’IA dans mes prestations de bêta-lecture

D’abord, pour la première fois, j’ai reçu une histoire écrite entièrement avec ChatGPT. J’ai passé plusieurs heures à ramer pour faire un retour sur ce texte. Même si l’idée de départ était humaine, les scènes générées, l’une après l’autre, manquait de cohérence dans les transitions, manquait de spécificité et d’émotions et les rebondissements étaient décousus. Il y avait aussi de nombreuses répétitions, soit de phrases complètes, soit de moments similaires qui avaient pour but de prouver quelque chose d’intangible, comme « le personnage retrouve l’espoir », sans vraie logique dans la progression. Le tout semblait bizarre et clairement pas sorti d’un cerveau humain. Surtout, je n’avais pas l’impression de faire le même travail que d’habitude.

Je me pose maintenant la question de mon rôle en tant que bêta-lectrice dans ces circonstances. En effet, je me vois comme une personne qui aide les auteurs à raconter au mieux leurs histoires et cela passe par des retours concrets et des conseils pour que l’auteur améliore ses compétences en narration et comprenne ce qui crée de l’émotion ou pas, ce qui est clair ou pas dans son roman.

Mais si l’histoire est générée par une IA à partir d’une idée, qui est-ce que j’aide ? Est-ce que l’objectif est de copier-coller mes commentaires humains dans l’IA pour qu’elle regénère une nouvelle histoire ajustée ? Si l’auteur n’a pas écrit le premier jet, va-t-il vraiment prendre le temps de réécrire un second jet lui-même ?

Pour l’instant, j’ai du mal à cerner ce que pourrait être mon rôle (et donc ma prestation) dans cette situation.

Et c’est cela mon problème, j’ai l’impression que ce n’est pas la même prestation. Si je suis la seule humaine dans le processus, alors mon rôle est bien plus qu’un retour sur l’expérience de lecture. Il devient l’ajout de l’humanité, de l’émotion, de la crédibilité dans un texte généré par un robot. Et le lien avec l’auteur est beaucoup plus distant et moins satisfaisant.

En plus, le processus devient celui d’une sorte de production industrielle : l’auteur génère un roman automatiquement, paie une humaine pour l’ajuster, puis le vend automatiquement sur Amazon. Et pour l’instant, je n’arrive pas à me trouver une place intéressante dans ce processus. Et honnêtement, l’idée que mon rapport, qui m’a pris des heures à rédiger, finisse dans une IA pour générer une nouvelle histoire ne me plaît pas beaucoup.

2. Mon utilisation de l’IA dans la production d’outils

Mais là où l’histoire se complique, c’est que l’IA, c’est quand même bien pratique et que je l’utilise ! D’où les réflexions torturées…

Le 27 décembre 2022, alors que j’avais trois heures à tuer dans un café à Sète entre un TGV et un bus, j’ai créé un compte sur ChatGPT, inspirée par des conversations autour de la bûche de Noël.

À cette époque, j’avais laissé tomber le projet de mon second livre (pour décrire les lieux de tous les jours) à la moitié. J’avais déjà passé pas mal d’heures sur des sites de décorations et de bricolage pour faire les premières listes, mais les bêta-lectures étaient ma priorité. Après avoir souhaité Joyeux Noël à ChatGPT, histoire de me le mettre dans la poche, je lui ai demandé une liste et, devant mes yeux ébahis, ce qui me prenait des heures de recherche s’est affiché en quelques secondes. Ou en tout cas, est apparue une très bonne base à trier, formater et enrichir.

Je me suis remotivée pour ce projet et j’ai sorti l’ebook en avril 2023.

Mais pas sans quelques conflits internes, parce que la ligne éthique reste floue pour moi et en plus, elle bouge !

Voilà les résultats de mes réflexions de l’époque :

👉 Le résultat était le même et l’objectif était atteint : avancer les auteurs dans leurs recherches en créant des outils utiles et synthétiques pour les inspirer.

👉 Il n’y a pas ma voix, ni mon ton dans des listes, même quand elles sont issues de recherches à l’ancienne, donc rien n’est perdu à ce niveau-là.

👉 Une partie du travail est allégée (la recherche), mais la création du concept, le tri des éléments, les choix stratégiques, la mise en page et toute la vente et la logistique restent ma valeur ajoutée.

👉 Je me suis dit que c’était comme si je me privais d’utiliser Google au début des années 90 et que je m’entêtais à faire des recherches non numériques sur des catalogues ou dans des bibliothèques par exemple.

👉 Si le résultat et l’utilité est le même, alors la valeur est-elle vraiment dans le temps que les recherches me prennent ?

En conclusion,

Qu’on le veuille ou non, l’Intelligence Artificielle va faire de plus en plus partie de nos vies. Je trouve cet outil fascinant et j’ai envie de l’utiliser mais en réfléchissant en continu à ses dérives et à comment je souhaite l’intégrer dans ma vie personnelle et professionnelle. (ChatGPT a sauvé le vieux cactus de ma grand-mère en regardant une photo et ça c’est chouette !)

Aujourd’hui, je me donne du temps pour trouver une place à une prestation de bêta-lecture sur des textes générées par l’IA parce que j’ai constaté que ce n’était pas le même travail, ni la même intention. J’ai donc ajouté une mention sur la page « Contact » de mon site pour informer les personnes intéressées par mes prestations que je ne bêta-lis que des romans écrits par des humains.

D’autre part, j’explore les possibilités de l’IA pour m’enseigner des compétences, notamment avec le Creative Writing Coach de ChatGPT, dont j’aime beaucoup les exercices et les retours pertinents. Qui n’a jamais rêvé d’un professeur particulier toujours disponible, expert et à la patience infinie ?

Ensuite, j’ai l’intention de continuer à utiliser l’IA pour accélérer les recherches pour mes petits livres de listes, parce que je crois que la qualité des livres reste la même et que mon concept est utile aux auteurs.

Depuis, j’ai utilisé ChatGPT pour écrire le troisième livre de listes qui va bientôt sortir et qui regroupe des ingrédients pour vous aider à écrire des romans de Fantasy.

Enfin, j’ai conscience que ces réflexions et décisions vont sûrement évoluer au fur et à mesure que les outils (et les mentalités, dont la mienne) évoluent. Donc je garde l’esprit ouvert !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *