Vous écrivez des romans et vous appréhendez toujours les retours de vos bêta-lecteurs ? Aujourd’hui, je partage les 5 choses qui me font tomber un roman des mains.

5 choses tomber mains

 

Une incohérence flagrante

Une incohérence me fait complètement sortir de l’histoire, je doute de ce que j’ai retenu, je reviens quelques pages en arrière pour vérifier le nom du chat du personnage, le nombre de chambres de l’appartement, ou le fait qu’il n’y avait que trois personnes dans cette voiture, pourquoi un quatrième personnage prend-il soudain la parole ?

Des personnages sans évolution

Je prends les personnages comme ils viennent au début du roman. J’accepte toutes les informations que l’auteur me donne, sans jugement. J’aime tous les types de personnages ! Mais je veux les voir évoluer, se révéler, me surprendre par des décisions inattendues. Je veux voir leur passé resurgir et éclairer qui ils étaient avant de devenir ce qu’ils sont au moment de l’intrigue et les voir s’adapter à de nouvelles situations, grandir. Si l’auteur a choisi de raconter ce moment précis de la vie du personnage, c’est que c’est un moment charnière pour lui, montrez-le moi !

Un monde trop fantasmé

Ecrire est l’occasion de mettre ses fantasmes sur le papier. Tout est possible dans l’imagination de l’auteur et tout est possible sur la page blanche. Mais si votre histoire devient complètement superficielle avec de l’argent à volonté, des personnages parfaitement beaux, gentils ou méchants, et des décors de rêve sans aucun rapport avec votre histoire, je peux rêver toute seule !

Zéro conflit

Si une scène semble plate et ennuyeuse, c’est souvent parce qu’il n’y a aucun conflit entre les personnages, ou aucun conflit interne pour un personnage. Quand les scènes sans conflit s’enchaînent, mon attention s’évade vers ma liste de course ou les emails que je dois envoyer.

Des recherches mal exploitées

Les auteurs font souvent beaucoup de recherches pour écrire leur histoire. Mais quand toutes les informations recueillies pendant ces recherches apparaissent dans le roman, de l’espèce d’arbre qui pousse dans la région au modèle de la tondeuse à gazon, je perds le fil !

Et vous, tombez-vous souvent dans ces pièges quand vous écrivez ?

Image par Freepik

EnregistrerEnregistrer

8 réponses
  1. June Emerald
    June Emerald dit :

    Bonjour,

    Je découvre ton site (à la base je faisais une recherche de listes de super-pouvoirs et je suis tombée sur ton site, maintenant je vadrouille d’article en article en prenant note de tes conseils !).
    Personnellement, une erreur que j’ai faite dans le premier tome de ma saga (et que je vais bientôt reprendre quand j’en aurais le courage xD) c’est qu’un des personnages très proche du personnage principal a été présenté plus détestable que je le souhaitais… Donc quand il lui est arrivé malheur, l’impact émotionnel n’a pas été aussi fort que ce que j’aurais voulu ! (Vu qu’il y a bien 200 pages à reprendre, je m’y mettrais pendant ma prochaine relecture).
    Merci pour ce blog, je vais le garder en favori et je penserais à venir y faire un tour à l’occasion 🙂
    Bonne journée !

    Répondre
    • Laure - la bêta-lectrice
      Laure - la bêta-lectrice dit :

      Aïe ! L’impact émotionnel, c’est la clé d’une bonne histoire, alors ça vaut la peine de reprendre les 200 pages 🙂 Bon courage et bonne vadrouille !

      Répondre
  2. Dii'
    Dii' dit :

    Hello’ ce n’est pas la première fois que je farfouille sur ton site et je dois dire que je m’y plait toujours autant.
    Tes articles sont toujours de bonne pertinence et j’adore ça! Merci d’écrire sur ton site 😉

    Alors voilà, j’ai lu tout les points te faisant lâcher un livre, et alors que certains correspondent avec les miens, d’autres en revanche ne me font pas écho et je me demande même: mais alors? Mais alors comment rectifier ce tir? Et si c’est comme ci ou ça etc

    Donc l’un des points qui me fait légèrement crispé par le fait que je ne trouve pas d’option différente est : Des personnages sans évolution.
    Tu dit : Je veux voir leur passé resurgir et éclairer qui ils étaient avant de devenir ce qu’ils sont au moment de l’intrigue.
    Mais alors ma question est : et si le/les personnage(s) n’ont pas de lourd passé ou douloureux? Quoi donc? Il peuvent évoluer c’est sûr mais si ils n’ont pas de passé à faire découvrir au lecteur cela changerait-il quelque chose?

    Merciii

    Répondre
    • Laure - la bêta-lectrice
      Laure - la bêta-lectrice dit :

      Merci de ton message ! Je ne pense pas que les personnages ont forcément besoin d’un passé douloureux ou d’un lourd secret. Par contre, ce que je veux dire dans l’article, c’est qu’ils ont besoin d’un passé. Par exemple, leur passé peut apparaître dans une description : si le personnage entre dans un lieu qu’il ne connait pas et que l’auteur décrit ce lieu du point de vue du personnage, alors il pourra utiliser les souvenirs du personnage (et le lecteur en apprendra un peu plus sur le personnage au passage). Par exemple, “cette pièce lui rappelait sa classe d’histoire de 4ème au collège Gabriel Rosset, les murs étaient couverts d’affiches jaunies et une odeur de moisi y régnait.” Cela rend le personnage plus crédible et plus riche. J’espère t’avoir éclairci 🙂

      Répondre

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *